Confine ton Catch ! En français Interviews

[CTC#6] « Nous allons revenir plein de motivation et de créativité, j’ai hâte de voir ça » – Rick Salem.

Confine ton Catch ! : L’actuelle réalité du catch en France et de ses acteurs suite aux conséquences des décisions prises face au COVID-19.

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde entier est frappé par une pandémie ayant poussé un certain nombre de gouvernements à instaurer un confinement pour la population, comme ce fut le cas en France avant le 11 Mai dernier. Nous le savons, différents corps de métier sont restés mobilisés afin que le pays puisse continuer de fonctionner « correctement ». En revanche, d’autres secteurs d’activité ont été durablement touchés et impactés sérieusement. Le catch, en sa qualité de sport divertissement, fait partie des milieux qui sont actuellement en suspens et fait ainsi les frais de la situation actuelle.

Alors que l’État français a fait en sorte qu’un déconfinement soit possible ce 11 Mai dernier, la rédaction de Direct Wrestling cherche aujourd’hui à aller rencontrer les différents acteurs du milieu du catch en France afin de savoir comment ils ont vécu cette période de confinement, quel impact le COVID-19 a et aura à l’avenir sur le milieu, mais également quelles pourraient être les perspectives d’évolution imaginables à la suite de cette crise.

Confine Ton Catch ! est donc une nouvelle série d’articles, permettant aux lecteurs de Direct Wrestling de réaliser une réelle immersion dans la réalité des catcheurs, catcheuses et promoteurs français. Au travers de ces articles, vous pourrez ainsi avoir l’opportunité de voir rapportés les propos de plusieurs acteurs et croiser plusieurs visions des choses. Les avis multiples des personnalités du milieu catchesque viendront compléter un large éventail de réponses, pour étayer au mieux l’analyse de la situation actuelle de par des regards professionnels et investis.

Pour ce sixième numéro de Confine ton Catch ! la rédaction de Direct Wrestling reçoit Rick Salem. En ce début de semaine, nous recevions déjà son co-équipier, son frère de ring, Thiago Montero. A l’instar de son partenaire, Rick Salem fait partie de la jeune génération du catch FR et brille déjà dans un grand nombre de structures. Appliqué, consciencieux et porteur d’une lucidité à toute épreuve, c’est plein de réalisme que ce dernier est venu se confier à la rédac’. Il est venu évoquer les différents points de sa vie quotidienne durant ces dernières semaines, s’applique à avoir une vision claire de la suite des événements et pose sur papier ses aspirations pour l’avenir. Une entrevue exclusive pour Direct Wrestling, qui vaut le coup d’oeil.

Image
Crédits : @RickSalem

Salut Rick et merci d’être passé nous voir durant cette période si particulière. Pour commencer, dis-nous, lors de l’annonce du confinement, quelle a été ta première réaction au vu des projets dans lesquels tu étais engagé ? 

Rick Salem : Au moment de l’annonce, je me suis empressé de partir vivre loin de chez mes parents. Il y a eu énormément d’article et de revue médical parlant du « porteur sain », des personnes atteintes du virus mais ne ressentant aucun symptôme. J’étais terrifié à l’idée d’en être un. Pas pour moi mais pour mes parents. Ils ont un âge avancé et ont déjà un passé médical important. J’ai donc pris quelques affaires, un ordinateur, de quoi travailler et je me suis installé dans un appartement qu’un proche m’a prêté, le temps de la quarantaine.

En regardant très rapidement mon calendrier, l’annonce du confinement a tiré un trait sur plusieurs show, j’entends par là, la ICWA, l’APC, Ouest Catch et également l’Atlas Wrestling Club. Alors forcement, quand tu apprends l’annulation d’un match en un contre un face à David Starr, il y a clairement un goût d’amertume mais forcément ce n’est pas le seul projet que j’avais en tête. Je me suis également vu dans l’obligation d’annuler un voyage prévu en Angleterre et un voyage prévu en Allemagne.

En tant que coach à l’école de l’APC sur Nanterre, je suis responsable de la formation de plusieurs apprentis, donc le programme longuement préparé et les heures dépensées à les former sur différents aspects de la discipline tombent à l’eau. Lorsque je coache, chaque exercice est réfléchi et justifié à l’avance. Je ne prévois pas de si grandes interruptions des entraînements, donc c’est relativement frustrant.

J’étais sur un rythme très rigoureux d’entraînements personnels à la salle de sport et sur le ring. Ma progression devenait de plus en plus visible à en croire les différents retour donc la fermeture des complexes sportifs vient comme un cheveu sur la soupe. Par ailleurs, je suis également étudiant à la Sorbonne. Mes études ont été chamboulées. Je ne suis pas intéressé pour suivre des cours en vidéo conférence, via Zoom ou Skype, appelez ça comme vous voulez. On passe d’un réel rapport humain à un rapport virtuel. Je me plains mais les personne qui à l’origine, travaillent en bureau sont bien plus a plaindre j’imagine. On ne peut pas se réjouir de rester chez soi lorsque l’on sait que notre travail sera détérioré. Voilà globalement, l’étendu de mes projets et de ma situation actuelle. Rien de très réjouissant.

Nous imaginons bien oui… Pour tous les français le confinement a duré plusieurs semaines et il est venu impacter nos vies de différentes manières. Quelles sont les premières choses qu’il est venu provoquer chez toi, dans tes habitudes, dans ton quotidien, dans ta manière de vivre et travailler ?

Rick Salem : Je suis un étudiant. La journée type, pour moi est de se lever tout les matins à 6 heures et demi, se rendre à l’université pour 8 heures, finir la journée vers 16 heures, aller directement à la salle de sport dès la sortie des cours pour ensuite rentrer à la maison pour étudier et préparer mon repas pour le soir et le lendemain. Le week-end est bien sûr réservé aux déplacements et aux entraînements de catch.

Alors, qu’est ce que cette situation est venu provoquer dans mes habitudes, mon quotidien, dans ma manière de vivre et travailler ? Absolument tout. Comme annoncé, les universités sont fermées, il en est de même pour les complexes sportifs et salles de sport. Cela conduit bien entendu à une annulation des shows. Je n’arrête bien évidement pas de travailler, mon travail est juste différent.

Image
Crédits : @APC

Pour mes études, il me suffit d’ouvrir une page Word pour avancer sur mon travail. Comme dit plus tôt, ça ne me plaît pas de suivre les cours à distance mais je me force à le faire. Pour ce qui est du catch, les choses se corsent. Impossible de s’entraîner à proprement parler, mais autant mettre le temps que m’offre le confinement à profit : je regarde du catch de manière acharnée. Le but est d’analyser un maximum les choses que je vois en vidéo pour sortir du confinement plein de nouvelles idées et de créativité. En temps normal, je regarde un show, fin de l’histoire. En période de confinement, j’analyse un show. J’en discutais avec Aigle Blanc, il y a quelque jours, un match de 10 minutes dure minimum 20 minutes car nous sommes constamment en train de mettre pause, revenir en arrière etc.

Concernant le physique, je travaille à la maison. C’est drôle, j’ai l’impression d’être retourné à mes premières années de musculation. C’est-à-dire, à 15 ans à la maison en train de faire de pompes, des abdos et des squat. Je vois des tonnes et des tonnes de personnes s’amuser à faire leurs sport à la maison, je vous envie tellement. Personnellement, je n’y porte aucun intérêt, je le fais parce qu’il faut le faire et je n’y prend aucun plaisir. Il faut essayer de me comprendre, je vais toute l’année à la salle, cinq fois par semaine. Du jour au lendemain, on me sort « Tiens, à partir de maintenant, tu fais tout chez toi ! »

Je ne suis clairement pas équipé chez moi donc je peux tirer un trait sur le deadlift, les tractions, le tirage, les dips etc. Alors oui, je peux tout faire à la maison a partir de packs d’eau, de chaise, de meuble etc. Mais premièrement, je ne suis pas fan du système D et deuxièmement, je n’y prends aucun plaisir. Je sais que le discours que je tiens peut faire très enfant pourri gâté mais c’est comme si un cuisinier pratiquait son métier tout les jours avec un batteur électrique, un mixeur, un thermomètre de cuisine, un pétrisseur etc, et que du jour au lendemain, on lui dit « Maintenant, tu fais tout à la main ! ». Avec toute la bonne volonté du monde, les œuf ne monteront jamais aussi bien en neige. Alors aujourd’hui, je fais un jeu de carte par jour, parfois je vais courir et voilà.

Image
Crédits : @BeyondGorilla

Un point de vue vraiment intéressant que nous n’avions pas encore eu jusque là. Et alors avec les semaines qui sont passées, qu’est-ce qui t’a manqué le plus ces derniers temps ?

Rick Salem : Je pourrai donner la réponse la plus original au monde : Le catch. Sauf que ce n’est pas totalement vrai. Ce qui me manque réellement c’est le style de vie « normal », mon quotidien dont de vous ai parlé plus tôt. Ça n’aurai aucun sens de répondre que le catch me manque car mon catch serai vide sans la musculation, sans les entraînements, sans mes heures de sommeil, sans les efforts mentaux que je fournis dans mes études. C’est un tout qui constitue mon réel manque. Pour moi, le catch n’est pas indépendant du reste de ma vie, quand je commence un déplacement lié au catch, je ne me dis pas « J’ai passé une semaine de merde, heureusement que le catch est là ».

Ce serait horrible de penser comme ça car cela voudrait dire que le catch n’est rien de plus qu’un défouloir et c’est le meilleur moyen de tout rater. Non le catch est parti intégrante de ma vie et est lié à tout ce que je fais autour. Comme ça, ça peut sembler fou mais, ce que j’apprends dans le catch me sert dans mes études, ce que j’apprends dans mes études me sert dans le catch. Même chose avec la salle de sport, l’alimentation, les relations que j’entretiens avec mes proches etc. Alors oui, mon style de vie habituel me manque.

Des paroles qui nous semblent bien sages. Durant toutes ces semaines, est-ce que le confinement est venu jouer sur ton moral et qu’as-tu mis en place afin d’occuper tes journées ?

Rick Salem : Comme expliqué plus tôt, un paquet de carte me suffit car de toute façon, je n’aurai jamais des résultats aussi bons qu’en allant à la salle. Le but est pour moi est de maintenir mes muscles gorgé de sang. Le corps a une mémoire et tout ce que j’ai perdu, je vais très vite le retrouver. Je suis relativement confiant à ce niveau là. J’attends sagement la réouverture de salles de sport pour me remettre à faire de la magie. En attendant, je prend du temps pour me reposer. Je ne pense pas que ce soit une baisse de moral. Les premier jours de confinement, je me suis rendu compte que j’étais physiquement et mentalement épuisé, c’est là que je me suis rendu compte que j’avais réellement besoin d’une pause. Alors je profite de cette pause pleinement.

Le confinement m’a également permis de faire plein de chose que je n’avais pas forcement l’occasion de faire avant : J’ai redécouvert l’animé Death Note, qui est une œuvre juste incroyablement bien écrite. J’ai également découvert Jojo Bizarre Aventure, un animé dans lequel tout les personnages sont extrêmement charismatiques. J’ai pu aussi terminer la série Sherlock Holmes sur Netflix, ce personnage est emblématique, il fallait bien que je passe par lui à un moment de ma vie. Je me suis aussi intéressé à un dessin animé de réflexion : « The midnight gospel ». Cette série m’a permis de découvrir la méditation. Je ne fais que commencer cette pratique mais je sens qu’elle peut rapidement devenir un moyen de m’améliorer dans le catch, mais plus largement, dans la vie de tout les jours. L’ennui permet la créativité chez les gens. Tout le monde est plus créatif que d’habitude. Pour ma part, je me suis servi de cette créativité pour préparer ma nouvelle gamme de T-Shirts mais également pour préparer ma nouvelle tenue.

Rentrons davantage dans le vif du sujet. Nous savons que c’est une période difficile à vivre pour le catch et ses acteurs. Le COVID-19 et les mesures de confinement sont notamment venus provoquer des annulations ou des reports de shows, donc de bookings. Est-ce que cette situation t’as impacté sérieusement ? As-tu, temporairement ou non, dû mettre en place d’autres moyens de gagner ta vie ou d’arrondir tes fins de mois pour « tenir le choc » économiquement parlant ?

Rick Salem : Je suis toute l’année nourri et logé gratuitement par mes parents donc je suis constamment en train d’épargner l’argent qui entre. Oui, la quarantaine signifie, moins d’entrée d’argent mais sachant que je passe mon année a épargner sans jamais rien dépenser, je n’ai aucun problème d’argent. Pour cette période compliquée, je dois vivre loin de chez mes parent donc je paye ma nourriture seul.

Forcément c’est un peu compliqué, vu que j’avais pour projet de m’acheter ma nouvelle tenue, lancer mes nouveaux T-Shirts, m’acheter un nouvel ordinateur etc, mais je n’annule aucun de mes achats, je passe ma vie à épargner alors je suis largement capable d’assumer toutes mes dépenses. Financièrement, je n’ai pas le droit de me plaindre. Je connais des gens qui ont perdu leur travail, d’autres qui ont eu de grandes difficultés à payer leurs loyers alors ce serait se foutre de la gueule du monde que de dire que je galère financièrement.

Merci de pour cette honnêteté dont tu fais preuve. Un certain nombre d’économistes craignent une crise financière après le confinement. Est-ce que tu es inquiet pour le catch en France, mais même plus largement pour le niveau européen ou mondial ?

Rick Salem : Une pause de plusieurs semaines met à la poubelle le travail de nombreux créatifs du catch. En effet, toutes les storylines entamées durant le confinement seront en grande majorité oubliées par le public. C’est comme si on repartait à zéro. C’est le premier point qui me chagrine. Ce qui m’effraie le plus est le virus en lui même, plus que la pandémie. J’espère très sincèrement qu’aucun collègue n’a été touché par le virus. Comme dans tout les milieux, on se serre les coudes. Il serait vraiment regrettable de sortir de la quarantaine avec des têtes en moins.

Image
Crédits : @Pikagreg Photography

Enfin, je ne pense pas que le catch sera particulièrement affecté par cette crise. Le catch s’est arrêté, oui mais c’est également le cas du foot, du basket, du théâtre, des concerts, des festival. Si le catch tombe, tout les autres milieux artistiques et sportifs sont également censés tomber. Je n’y crois pas une seule seconde. Le catch s’est arrêté un temps, mais il va repartir. Comme je l’ai dis plus tôt « L’ennui pousse la créativité chez les gens. » Après avoir passé de nombreuses semaine chez eux, les workers vont revenir plein de bonne volonté, de motivation, d’idées et de créativité. J’ai tellement hâte de voir ça.

On l’espère en tout cas ! Au vu de cette crise qui a impacté tous les acteurs du catch en France, penses-tu qu’à la fin de tout ceci, il faudra organiser le paysage autrement, le structurer différemment, de manière à ce que les catcheurs puissent être couverts par un système de protection social ?

Rick Salem : Le catch ne me permet clairement pas de gagner ma vie alors je ne pense pas être la bonne personne pour répondre à cette question. Cependant, mes déplacements hebdomadaires me permettent une petite aide financière mais elle n’est certainement pas indispensable. Ensuite je sais que certains sont beaucoup plus dépendants financièrement du catch que moi. Pour eux, les temps sont durs. On ne peut pour autant les forcer à pratiquer un métier qui ne leur plaît pas. Durant mon voyage en Angleterre de l’été 2019, j’ai appris l’existence d’une sécurité sociale du catch.

Ce genre de mouvement est très encourageant pour la suite, selon moi. Les gens commencent à prendre conscience des risques qu’engendrent le métier et c’est très rassurant. Encore une fois, vivant actuellement chez mes parents et étant étudiant, il n’y a pas beaucoup d’intérêt pour moi de cotiser pour cette sécurité sociale. Cependant, cela pourrait me concerner par la suite. Je reste donc conscient que cela existe et j’essaye de me renseigner sur les nouveauté de ce genre autour de moi.

Je pense qu’il est largement possible de « démocratiser » le catch en France mais ce dernier commence à peine à sortir la tête de l’eau. Chaque chose en son temps. Continuons d’offrir au catch en France de belles heures, redorer son blason et la suite des choses se feront naturellement.

Très concrètement, comment imagines tu la suite et comment te projettes tu face à l’avenir ?

ImageRick Salem : Très concrètement ? Je dois impérativement finir mes études afin de commencer à travailler. Le fait d’être en poste me donnera une indépendance financière et un certain temps libre me permettant une plus grosse concentration dans le catch. Ce sera le moment pour moi de beaucoup plus voyager et pouvoir m’entraîner un peu partout. Je suis très clairement ralenti par mes études mais c’est le prix a payer pour avoir une situation stable par la suite. Je n’ai jamais voulu faire du catch ma seule issue. C’est pourquoi j’admire le parcours de Tristan Archer et de Amale Dib. Ces deux personnes m’ont prouvé qu’il ne s’agit pas de tout lâcher pour se faire une place dans ce milieu.

Pour la suite de mes projets, avec mon partenaire par équipe Thiago Montero, nous aimerions apporter un nouvel aspect à notre association. Nous projetons une plus grande complémentarité et plus de similitude, à commencer par une tenue d’équipe. Ensuite nous aimerions jouer beaucoup plus sur l’aspect familial de notre équipe. Cette équipe n’a rien a voir avec de l’amitié. Montero’Salem est l’histoire de deux frères qui ont grandi et évolué dans les mêmes conditions. Jusqu’à présent, cet aspect ne s’est jamais vraiment ressenti mais ça ne saurait tarder.

Ensuite, je suis toujours champion par équipe de la ICWA, champion Middleweight de la CACC, détenteur de l’Atlas Wrestling Club et challenger n°1 pour les titre par équipe de l’APC. J’attends donc des rencontres importantes en France. Enfin, comme expliqué plus tôt, une nouvelle tenue arrive avec un nouveau merchandising. Je n’en dis pas plus. L’effet de surprise est important [NDLR : Mais vous pouvez toujours retrouver l’actuel merchandising de Rick en cliquant ici].

Nous te suivrons donc de près lorsque le catch reprendra cours dans notre pays. Pour terminer, concernant les fans qui veulent s’investir et soutenir les catcheurs et les structures en France, que leurs conseilles-tu de faire ?

Rick Salem : D.E.P.L.A.C.E.Z.-.V.O.U.S ! C’est juste le meilleur moyen de nous soutenir. Je ne comprends pas comment est-il possible que les talents de l’APC se mesurent aux talents des deux plus grandes structures d’Europe (la wXw et la Progress) dans des salles non sold-out. Il n’y a plus de débat possible concernant la France, que ce soit l’APC, l’Atlas Wrestling Club, la WPE, la CACC, la ICWA, Ouest Catch, la Rixe, la NWC et j’en passe… La qualité est présente, les moyens le sont également. Le staff, les créatifs et les catcheurs font un travail exceptionnel pour vous offrir des shows de plus en plus qualitatifs alors déplacez-vous ! Je sais que c’est un coût de se déplacer à l’autre bout de la France pour deux heures de show. C’est pourquoi il existe des groupe de fans qui s’entraident pour se partager des frais de route, des logement etc.

Admettons que vous soyez vraiment dans l’incapacité de vous déplacer vous pouvez néanmoins soutenir le catch en France en achetant du merchandising à vos catcheur préféré. Je ne connais aucun catcheur de l’hexagone qui ne répond pas aux message privé sur les réseaux sociaux alors profitez-en. Il y a même des sites internet pour vos achats, je sais très bien que vous avez tous entendu parler de « Catch ton merch ». Même si vous ne pouvez pas acheter de merchandising, vous pouvez au moins suivre les catcheurs et les structures sur les réseaux afin de suivre ce qu’ils font, liker des publications pour les référencer, nous saluer lorsque vous nous reconnaissez dans la rue, lancer des hashtag, parler de ce qui vous plaît ou pas dans nos prestations etc. Me concernant, je vous laisse mes réseaux sociaux et merci pour votre lecture.

Facebook : Rick Salem

Instagram : @rslevisionnaire

Twitter : @rslevisionnaire

Pour nos lecteurs, restez connectés à www.directwrestling.com car dans les prochains jours, de nouveaux numéros de Confine ton Catch ! arriveront avec d’autres invités exceptionnels !

EN ATTENDANT

Vous pouvez déjà retrouver le cinquième numéro avec le partenaire de ring de Rick Salem, Thiago Montero, en cliquant ci-dessous !

À Propos de l'Auteur

Luc

Chargé de Communication.
Co-Fondateur de www.directwrestling.com.

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter