Confine ton Catch ! En français Interviews

[CTC#4] « Tant que la mentalité française ne change pas, rien ne changera » – Tristan Archer.

Confine ton Catch ! : L’actuelle réalité du catch en France et de ses acteurs suite aux conséquences des décisions prises face au COVID-19.

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde entier est frappé par une pandémie ayant poussé un certain nombre de gouvernements à instaurer un confinement pour la population, comme c’est le cas en France. Nous le savons, différents corps de métier restent mobilisés à ce jour afin que le pays puisse continuer de fonctionner « correctement ». En revanche, d’autres secteurs d’activité sont durablement touchés et impactés sérieusement. Le catch, en sa qualité de sport divertissement, fait partie des milieux qui sont actuellement en suspens et fait ainsi les frais de la situation actuelle.

Alors que l’État français a annoncé les prémices d’un déconfinement possible le 11 mai prochain, la rédaction de Direct Wrestling cherche aujourd’hui à aller rencontrer les différents acteurs du milieu du catch en France afin de savoir comment ils ont vécu cette période de confinement, quel impact le COVID-19 a et aura à l’avenir sur le milieu, mais également quelles pourraient être les perspectives d’évolution imaginables à la suite de cette crise.

Confine Ton Catch ! est donc une nouvelle série d’articles, permettant aux lecteurs de Direct Wrestling de réaliser une réelle immersion dans la réalité des catcheurs, catcheuses et promoteurs français. Au travers de ces articles, vous pourrez ainsi avoir l’opportunité de voir rapportés les propos de plusieurs acteurs et croiser plusieurs visions des choses. Les avis multiples des personnalités du milieu catchesque viendront compléter un large éventail de réponses, pour étayer au mieux l’analyse de la situation actuelle de par des regards professionnels et investis.

Pour ce quatrième numéro de Confine ton Catch ! la rédaction de Direct Wrestling reçoit l’une des têtes de proue du catch FR, reconnu à l’échelle européenne et seul participant français au WWE Cruiserweight Classic, Tristan Archer. Nul besoin de présenter davantage l’homme qui a activement participé à replacer la France sur la carte du catch mondial. C’est pour cette raison là qu’il était primordial pour la rédaction de Direct Wrestling d’aller s’entretenir avec lui.

Au vu de l’expérience qui est la sienne, des multiples endroits où il a été amené à catcher et en prenant en compte le recul qu’il peut avoir sur le milieu, Tristan se trouvait en haut de notre liste de personnalités à interroger sur l’actuelle situation inédite que nous vivons. A l’instar de nos trois derniers invités, il a pris le temps de répondre à nos questions, et nous l’en remercions.

Crédits : @James Jr Coudevylle

Bonjour Tristan et merci de venir te confier une fois encore auprès de la rédac’. Comme pour nos autres invités, nous allons commencer avec la question suivante : Lorsque le confinement a été annoncé par notre gouvernement, quelle a été ta réaction au vu des projets dans lesquels tu étais engagé ?

Tristan Archer : Au début, on ne réalise pas vraiment la portée de l’événement. Je me disais que ça irait, que des solutions seraient vite trouvées et mises en place pour que la vie de tous les jours ne soit pas trop impactée. Et puis la réalité vous frappe de plein fouet : Aucun moyen, aucun plan, rien n’a été préparé en amont par le gouvernement qui préfère botter en touche et laisser la population mettre en place leur propre moyen de « survie ». Personnellement, catchant toutes les semaines depuis dix ans, blessé ou en pleine santé, ça m’a fait très drôle de me dire que je n’allais plus bosser pendant des mois…

Justement, au moment où sortira notre entrevue les français arriveront presque à leur deuxième mois de confinement. Ce dernier est venu impacter nos vies de différentes manières et nous aimerions savoir ce qu’il est venu provoquer chez toi, dans tes habitudes, dans ton quotidien, dans ta manière de vivre et travailler ?

Tristan Archer : Je suis enseignant la semaine, comme beaucoup de monde le sait, donc je suis passé en télétravail, ce qui change beaucoup de ma vie d’enseignant avec des maternelles. Les entraînements hebdomadaires en salle de musculation ? Fini… Mais bizarrement, je me suis beaucoup reposé, ce que je n’avais plus fait depuis le début de ma carrière (Débutée il y a dix ans, je le rappelle.). Ça a été pour moi l’occasion de reprendre un rythme de vie sain, une diète saine, des entraînements adaptés etc.

Un mal pour un bien finalement. Bon et alors dis-nous, avec les semaines qui passent, est-ce qu’il y a une chose qui te manque plus particulièrement ?

Crédits : @@cmrprowrestlingmedia

Tristan Archer : Je dirai que ce qui me manque le plus, c’est vraiment le fait de performer devant un public. Mettre des sourires sur des visages ou provoquer de la colère dans le public… Cette interaction unique au catch !

En ne performant plus, et ce indépendamment de ta volonté bien-sûr, est-ce que tu as plutôt eu tendance à te maintenir en forme ou alors à te laisser un petit peu aller ? 

Tristan Archer : Au contraire, je me suis vraiment remis en forme ! Je m’entraîne en moyenne deux fois par jour, j’ai le temps de gérer ma diète et j’ai perdu 8 kilos. Le cardio revient, j’ai pu redessiner ma musculature, je n’ai presque plus aucune douleurs articulaires, que ce soit dans les épaules, dans les genoux ou dans le dos. Donc le moral est plutôt positif, et ce même quand arrive le weekend et que je sais que je ne vais pas prendre la route ! En plus, je peux enfin rattraper tout mon retard en manga, jeux vidéo, films et séries ! [Rires]

C’est parfait, tu nous permets de faire une bonne transition, en répondant même un peu en avance à la question suivante : Très concrètement, c’est quoi ta journée type pendant le confinement ?

Tristan Archer : Chez moi, une journée type se déroule comme ceci :

Réveil suivi d’une séance de cardio à jeun, puis d’abdominaux et d’étirements. Une fois que c’est fait, vient le temps du petit-déjeuner et du télétravail. Après le repas du midi, je poursuis avec du training muscu, suivi d’un autre repas et d’un autre temps de télétravail. Je prends un temps pour moi avec un moment passé devant la playstation ou un film/série ou des mangas. Voilà à nouveau le temps d’un repas, et je finis ma journée tranquillement devant la playstation ou un film/série ou des mangas (encore!).

Alors c’est à ça que ressemble une journée chez Tristan Archer. Maintenant que nous avons fait le tour de tout ceci, rentrons davantage dans le vif de notre sujet. Le COVID-19 et les mesures de confinement sont venus provoquer des annulations ou des reports de shows, donc de bookings, créant une période difficile à vivre pour le catch et ses acteurs. Si l’on se penche sur ton cas plus particulièrement, est-ce que cette situation t’a impacté sérieusement, que ce soit financièrement, au niveau de tes projets  etc. ?

Tristan Archer : Financièrement ce n’est plus la ruée vers l’or mais le fait d’avoir un autre job à coté me permet quand même de pas être trop juste financièrement ! Le seul petit problème que j’ai eu est le suivant : Le confinement est arrivé au moment où j’ai lancé mes deux nouveaux modèles de t-shirts… Etant donné que je ne suis pas une multinationale et que je ne les imprime pas en fonction des commandes, je me dois alors de les commander par lots (Des lots de 70, 80, 100 t-shirts, par exemple) pour pouvoir ensuite les vendre à un prix raisonnable.

Le lien de cause à effet est simple : Confinement rime avec l’impossibilité de vendre sur les shows. Pour contrer cette situation là, j’ai eu l’idée de lancer Catch ton Merch, qui est un site regroupant le merchandising proposé par la quasi-totalité des catcheurs français. Et les fans ont répondu à l’appel, ce qui m’a permis d’amortir les frais avancés pour ces nouveaux designs, alors merci à vous !

En parlant de frais, cela fait écho à l’économie générée par le catch. Un certain nombre d’économistes craignent une crise financière faisant suite au confinement et à ses conséquences. Est-ce qu’avec les connaissances du milieu qui sont les tiennes, tu crains aujourd’hui pour le monde du catch en France, mais même plus largement au niveau européen ou mondial ?

Tristan Archer : Les fédérations de catch en Europe, mis à part quelques exceptions, ne sont pas des entreprises. Elles vendent des tickets ou alors mettent en place des shows qui s’auto-financent. Ces structures-là ne seront pas impactées car elles ne perdent pas d’argent actuellement. Pour la suite tout dépendra de ce qui est autorisé dans le pays concerné : Si le gouvernement n’autorise la présence maximum que de cent personnes par show, leur revenu sera forcément plus bas, leur carte plus petite et les frais seront limités. Beaucoup de catcheurs seront sûrement trop cher ou leurs frais de transport trop élevés.

POUR NOS LECTEURS : Retrouvez le deuxième numéro de Confine ton Catch ! avec Peter Fischer, qui revient également sur tous ces points-là.

De ce fait et dans un premier temps, je pense que nos agenda vont se réduire. Pour cause, les budgets vont être plus serrés pendant quelques temps. Ensuite, concernant les fédérations qui sont des entreprises (qui payent donc leurs employés actuellement malgré la situation), c’est un peu plus compliqué car tout dépendra du temps que durera le confinement et des sacrifices qu’ils devront faire… Enfin, pour les lutteurs à temps plein en Europe (Oui, oui, il y en a quelques-uns!), leur vie doit actuellement être extrêmement compliquée. J’espère une reprise assez rapide pour ces collègues-ci, et je pourrai leur laisser certains de mes bookings s’il le fallait et si le choix m’était accordé. Quoi qu’il en soit, il faudra s’accrocher et continuer de bosser dur pour profiter de chaque occasion.

Au vu de ce que tu nous expliques et de ce qui découle de cette situation, est-ce que selon toi les conséquences du COVID-19 sur le catch français et ses acteurs auraient pu être minimisées ? 

Tristan Archer : Honnêtement ? Pas vraiment. J’ai lu des commentaires qui me font penser que la mentalité française ne changera jamais… Par exemple, un catcheur a proposé une idée de show sans public à laquelle les premières réponses sont positives, avec bien-sûr le bienveillant commentaire : « Si c’est gratuit ». Donc les workers français vont prendre la route (comprenant les frais d’essence, de péage etc…), vont prendre le risque d’être verbalisé de 135 euros d’amende, vont prendre le risque de tous se contaminer, voire de se blesser dans le ring, pour performer dans des conditions horribles (c’est le cas lorsque nous catchons sans public)….  et ce GRATUITEMENT.

Pour le reste, dans le cas des shows qui ont été vendus, ces derniers n’ont été que décalés, ce qui n’est pas plus mal. Enfin pour les workers français en général, personne ne vit que du catch dans notre beau pays malheureusement.

Mais alors, si cette mentalité ne change pas après cette crise qui a impacté tous les acteurs du catch en France, penses-tu qu’il faudra organiser le paysage catchesque autrement, le structurer différemment, pour que vous puissiez bénéficier d’un système de protection social ? Cela te semble-t-il possible ?

Tristan Archer : Le catch n’est pas reconnu en France, que ce soit par le Ministère de la Culture ou par le Ministère des Sports, donc pour être clair, une assurance, le chômage, les protections sociales, ça n’existe pas du tout pour nous ! Et tant que la mentalité française ne change pas, rien ne changera à ce niveau là. Pour donner un petit exemple, j’ai essayé de lancer des projets de catch sur Amiens et les réponses qui m’ont été données sont simples : Ce n’est pas un vrai sport [NDLR : La preuve en est évidemment ci-dessous…].

C’est pourtant drôle, parce que lorsque je m’entraîne avec des sportifs Amiénois de haut niveau, reconnus par l’Etat (ce qui est un statut particulier), et bien je suis plus performant qu’eux, que ce soit en musculation, en vitesse etc. Mais bon, mon sport est un faux sport… Et je vous assure que ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autre. Alors oui la communauté que représente les fans de catch FR est soudée et ouverte d’esprit, seulement ils sont une toute petite minorité… La grande partie de la population française nous prend pour des clowns. Et c’est une image qui est véhiculée depuis des années malheureusement.

Face à ce « triste constat », si l’on peut le nommer ainsi, comment imagines-tu la suite et comment te projettes-tu face à l’avenir ?

Crédits : Facebook Tristan Archer

Tristan Archer : Je vais continuer comme je l’ai toujours fait, c’est à dire aller bosser lorsqu’on m’appelle, continuer de me remettre en forme afin de revenir plus en forme que jamais physiquement parlant. Si je le peux, j’irai m’entraîner sur les rings de catch avant la reprise et je donnerai le meilleur de moi quand les fans pourront enfin nous revoir bosser. Ce ne sera certainement plus pareil, mais je ne pense pas que les fans nous lâcheront et qu’au contraire, ils répondront présents quand il le faudra.

Pour ces fans qui ne veulent pas vous lâcher, qui veulent s’investir et soutenir les catcheurs tout comme les structures françaises, que leurs conseilles-tu de faire ?

Tristan Archer : En ce moment, il n’y a pas grand-chose à faire mis à part aller acheter du merchandising des structures ou des workers, s’abonner aux VOD des structures. Ils peuvent également faire des vidéos de workers pour leur faire de la pub, faire des montages si un worker a besoin d’aide pour le design d’une tenue, par exemple, pour lui tendre la main etc. Et puis entre nous, un petit message de temps en temps ça fait aussi plaisir ! [Rires] Bref, en soi des petits choses qui peuvent faciliter leurs vies et maintenir ce lien particulier, présent du monde du catch.

Le message est passé. Merci d’avoir pris le temps de cette entrevue à nos côtés Tristan et nous te souhaitons bonne continuation pour la suite, surtout si tu retournes travailler après le 11 Mai prochain.

Pour nos lecteurs, restez connectés à www.directwrestling.com car dans les prochains jours, de nouveaux numéros de Confine ton Catch ! arriveront avec d’autres invités exceptionnels !

EN ATTENDANT

Vous pouvez déjà retrouver le troisième numéro avec Kira Chimera en cliquant ci-dessous !

À Propos de l'Auteur

Luc

Chargé de Communication.
Co-Fondateur de www.directwrestling.com.

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter