Derrière le ring News

« Mon heure arrivera bientôt, que vous le vouliez ou non », Vince’NT.

Le catch est une passion que partagent des millions de personnes à travers le monde. C’est ce sport divertissement qui fait vibrer tant de fans, qui vient créer des émotions uniques et de courts instants d’une intensité rare que peu ont pu retrouver ailleurs. Tout brille sous les projecteurs, la musique nous fait nous lever et les impacts sur le ring viennent à nos oreilles comme des sons familiers et paradoxalement agréables.
.
Mais que se passe-t-il lorsque les lumières s’éteignent, que la salle se vide et que le ring ne tremble plus ? Derrière leurs vêtements d’apparat, que ressentent ces Superstars qui nous émerveillent tant ? Je mets au défi la plus grande majorité d’entre nous de le crier haut et fort. Pourquoi ? Car trop peu de gens le savent. Une fois les bottes rangées dans le sac, la Superstar redevient une personne comme une autre, avec ses doutes, ses craintes, sa colère, mais également ses joies, ses satisfactions et ses rêves.
 .
Au travers de nos rencontres avec les plus grandes figures du catch français, c’est tout ces sujets là que nous voulons aborder. Ce sont toutes ces choses là qui sont tellement peu évoquées et qui poussent à construire, souvent, une vision erronée de ce paysage tant admiré. Derrière le ring, c’est cet espace que nous voulons donner pour aborder tout ceci.
.
Aujourd’hui c’est avec Vince’NT que nous nous sommes entretenus derrière le ring. Habitué de la rédac’, le pilier de Tigers Pro Wrestling et patron du Sud est revenu avec nous sur sa carrière, ses déceptions, ses projets et a accepté de nous faire rentrer dans sa bulle et dans le ressenti de son métier. Et nous l’en remercions.
.

L’image contient peut-être : 1 personne

Salut Vince, question habituelle pour commencer : Comment a réagit ton entourage quand tu as annoncé que tu voulais faire du catch ?

Vince’NT : C’est justement grâce à mon entourage que je me suis lancé dans le catch. L’histoire vous la connaissez sûrement déjà. Ma grand-mère était fan de catch depuis toute petite et à l’âge de trois ans, elle avait mis la chaine qui diffusait les shows et m’a fait découvrir cette discipline. J’ai tout de suite accroché. Tout le reste de ma famille m’a énormément soutenu . À l’âge de 15 ans, ils m’ont tous poussé à faire un stage à la WS. Et depuis ils me soutiennent encore et toujours.

L’image contient peut-être : une personne ou plusEn parlant de soutien, tu évoques souvent Marc Sebire. Est-ce que tu peux m’expliquer la relation que tu as avec lui et ce qu’il représente pour toi ?

Vince’NT : J’ai rencontré Marc lors de mon premier stage à la WS [NDLR : Vous allez pouvoir découvrir l’entretien exclusif avec Marc Sebire dimanche prochain, dans Derrière Le Ring]. J’ai d’abord cru que c’était le gars qui ramenait la nourriture du midi. L’aprèm il est venu vers moi et m’a dit : « Tu as de bonnes bases d’arts martiaux ». Nous avons donc parlé de Taekwondo. À partir de là, il a pas mal analysé mes entrainements.

Le jour où il est parti de la WS, il m’a directement contacté, me faisant part de son projet de créer une fédération dans le Sud. Je l’ai directement suivi. Je suis donc devenu le premier élève de la TPW. La suite vous la connaissez. La relation avec Marc est vraiment basée sur le respect. C’est lui qui m’a mis sur mon premier show, qui m’a énormément appris, qui m’a fait confiance et m’a aidé à devenir ce que je suis actuellement. C’est un mentor pour moi.

On sait que le catch en France n’est pas reconnu comme un métier et qu’il faut majoritairement avoir un emploi à côté pour pouvoir vivre. Alors dis-moi, quelle est ta vie à côté du catch ?

Vince’NT : J’ai les élèves du Dojo. Je fais pas mal de casting TV, et je fais également du placement de produit.

Beaucoup le disent : le catch est une vie de sacrifices : Est-ce ton cas et regrettes-tu des concessions que tu as fait dans le passé pour le catch ?

Vince’NT : En 5 ans, je me suis plus souvent blessé dans des combats de catch qu’aux compétitions de Taekwondo alors que j’en ai fait 10 ans. Pourtant le TKD est considéré comme un sport alors que le catch non. Illogique. Les blessures m’on fait revenir encore plus déterminé et plus fort qu’avant. Je n’ai aucun regret car tout ce que l’on fait dans notre passé nous permet de devenir ce que l’on est aujourd’hui. Nous apprenons de chaque erreur de notre vie. Bien entendu, il faut parfois se remettre en question, mais il ne faut rien regretter, cela ne t’apportera rien de bon dans la vie.

Belle leçon de vie. Tu as effectivement souvent remis le catch en question ces dernières années. Quelles en sont tes raisons ?

Vince’NT : La phrase qui m’a sûrement le plus touché dans le catch français, c’est un certain dirigeant de Ouest Catch qui me l’a dite. Nous étions dans les vestiaires d’un show TPW lors de ma première année en 2013. Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : « Petit, je n’aime pas ce que tu fais sur le ring, et je n’aime pas ce que tu représentes. » Depuis on en a reparlé et il a complètement oublié m’avoir dit cela. Je me suis vraiment demandé si je devais continuer.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

La réponse était « oui », car je n’avais pas encore donné tout le potentiel que je pouvais montrer. Se remettre en question nous permet de progresser dans la vie. Celui où celle qui ne se remet jamais en question s’empêche de se découvrir et de se comprendre lui-même. Or, l’homme a besoin d’apprendre sur lui-même et sur les autres, sur ses émotions, réactions mais aussi sur ses erreurs, afin de s’améliorer.

D’accord. J’en parlais avec Ragnar il y a peu : Tu fais aussi partie des catcheurs qui ne sont que très peu exportés dans d’autres fédérations ces dernières années, contrairement à d’autres catcheurs. Est-ce que tu peux m’expliquer pourquoi ?

Vince’NT : En quelques années de carrière seulement, j’ai combattu dans toute les plus grandes fédération Française : Ouest Catch, FRPW, TPW, APC, FFCP, ICWA. J’ai même combattu en Espagne, en Suisse et je me suis entrainé à la Progress en Angleterre. L’année dernière j’étais sur tout les plus gros shows Français de l’année. Je serai également à REVO 10 et d’autres grosses dates arrivent. « Très peu exporté dans d’autres fédérations » ? Je suis sûrement le gars du Sud qui bouge le plus en France.

Alors justement, comment est-ce que ça se passe pour toi au niveau des bookings que tu acceptes ?

Vince’NT : Tout dépend de la fédération. Parfois on me contacte, parfois je les contacte. Je combats du coté de Lille, de la Bretagne, en Haute-Normandie et très souvent sur Paris. Donc niveau kilomètres cela ne me dérange pas.

Est-ce que de manière plus générale, on ne se sent pas un peu sur le banc de touche lorsqu’on voit des collègues, avec qui on a débuté ou catché au début, voir leur carrière décoller partout en Europe ?

Vince’NT : Nous avons des styles de vie et un catch différent. Je ne me suis jamais senti sur le banc de touche. Je fais mon chemin, pas après pas. Je construis mon histoire, pièce après pièce. Mon heure arrivera bientôt, que vous le vouliez ou non. Quand Senza a décidé de partir de la FCCP et de quitter le monde du catch, je l’ai directement appelé le jour même en lui proposant une date pour la TPW. Je savais qu’il deviendrait un grand. Depuis nous avons perdu plus ou moins contact ainsi que notre complicité. Cela sont des choses qui se passent dans le milieu. Je suis très content pour tout ce qui lui arrive, il le mérite vraiment.

[su_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=RgPcxi926m0″ width= »560″ height= »320″]

Revenons sur la Tigers Pro Wrestling. Je l’ai vu de mes yeux à de nombreuses reprises, tu t’es énormément investi dans cette fédération. Qu’est ce qu’elle représente à tes yeux ? Quels objectifs avais-tu lorsque tu y as débuté ?

Vince’NT : En 2015, la TPW a fait 13 shows. Un record pour cette fédération. Tout les catcheurs français venaient demander un booking. Qu’on le veuille ou non, la TPW est l’une des fédérations les plus connues du Sud. En mars 2017, j’ai eu envie de me consacrer à moi. Cela paraît égoïste mais à 23 ans je voulais que l’on parle du catcheur. Bilan ?

Super combat contre Spayne à FEROCITY. Combat pour le titre à Ouest Catch. Pris à REVO. Pris à INSURREXION. APC en juin. En septembre, pris pour une chance au titre Delta à Ouest Catch où j’ai été déclaré forfait à cause de mon épaule. Idem pour un show en Suisse le même mois. Retour à l’APC en octobre. Pris sur le show FRPW UNITY en novembre. Contacté fin décembre pour la Paris Manga.

Bref une bonne année pour moi et 2018 promet également. Je me suis donc dit : Pourquoi ne pas lier les deux ? La TPW sera donc de retour en 2018. Beaucoup de shows seront prévus. Il suffit juste de suivre la page TPW très prochainement. En tout cas je peux te dire une chose : le travail paie toujours.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Est-ce qu’à la place que tu occupes, il y a des rêves que tu as pu accomplir pleinement, d’autres que tu as délaissé et quels sont ceux qui te restent ?

Vince’NT : J’ai toujours été une personne déterminée. Je n’ai jamais vraiment eu de rêve car je me suis toujours dit que cela devait être des objectifs. Je pense que j’ai réalisé mon plus grand objectif. Quand j’étais petit, j’ai toujours voulu devenir catcheur dans mon pays. Toute personne s’intéressant un minimum au milieu du catch FR sait qui je suis et a déjà entendu parler de moi. Je pense qu’à partir de là, mon objectif premier a été atteint.

C’est ta plus grande fierté ?

Vince’NT : Je pense que ma plus grande fierté soit que ma grand-mère assiste aussi régulièrement à mes combats. Elle qui m’a élevé, elle qui m’a fait découvrir ma passion. Qu’elle soit là, assise, à regarder ce dont je suis capable sur un ring. Je sais qu’elle est fière de moi, fière de ce que je suis devenu. Et moi je suis fier qu’elle me soutienne encore comme depuis le premier jour.

Tu as aussi affiché clairement être fier de deux des élèves que tu as formé. En revanche, n’as-tu jamais eu envie de former une femme au catch ? Pourquoi cela ne s’est jamais fait ?

Vince’NT : J’ai formé pas mal de personnes depuis que le dojo a ouvert ses portes à Aix-en-Provence. Bien entendu Roberto et Durançon sortent du lot. Ils feront très bientôt parler d’eux. Bien plus vite que vous ne le pensez. J’ai également eu des élèves féminines. Au final les entrainements étaient trop durs pour elles, après quelques mois, elles ont décidé d’arrêter. Former une catcheuse 100% Dojo TPW sera un bon objectif pour moi cette année.

Allez, la traditionnelle question : Le catch français a évolué en flèche ces derniers mois. Quel est selon toi ce qui peut encore le freiner aujourd’hui ?

Vince’NT : On ne cesse de le dire et le répéter. Tout le monde sait que les plus gros problèmes du catch français sont : les egos. Tout ceux qui veulent leur part du gâteau au lieu de s’unir, les catcheurs sans expérience et sans entrainement intensif qui ne sont pas aptes à monter sur un ring. Tout cela ne donne pas une bonne image du catch français ni du catch en général.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes

Est-ce que tu as des idées pour faire changer ceci ?

Vince’NT : Non, car certaines personnes ne changeront jamais.

A contrario, quelle est la chose qui a évolué de la meilleure des manières et qui est bien mieux que ces dernières années ?

Vince’NT : Le public français. Les fans se déplacent de plus en plus sur les shows, partout en France. Nous sommes de plus en plus suivis. J’essaye de répondre à chaque question et d’être le plus souvent sur les réseaux. Je pense notamment à Catch Covoit’ [NDLR : Vous pouvez rejoindre le groupe Catch Covoit’ ici]. C’est vraiment une très bonne chose. Sans les fans, nous ne sommes rien.

Vince, sans langue de bois et faux semblants : Après toute tes remises en question, au vu de ce que tu connais du catch et de ton expérience, est-ce que tu te vois continuer dans ce milieu ? 

Vince’NT : Mon objectif reste le même, devenir l’un des catcheurs français les plus en vue de sa génération. Apprendre encore et toujours. M’améliorer sans cesse. Le catch, c’est plus qu’une passion. Ce n’est pas juste un mode de vie. C’est ce qui fait battre mon cœur tout simplement. C’est une partie de mon âme. La suite pour moi ? On se voit à REVO 10 les potes !

Merci à toi pour ce moment passé derrière notre ring, et je te souhaite le meilleur pour la suite, quels que soient tes projets.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

À Propos de l'Auteur

DirectWrestling

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter