À la rencontre de

« Je trouve qu’en moins de deux ans, j’ai déjà un bon CV », Jérémy Pépin.

Il ne sera compliqué à aucun fan de catch français de citer les plus grands noms de ce milieu. Tristan Archer, Tom La Ruffa, Pauline, Peter Fischer et tant d’autres. Mais parmi ces têtes d’affiches, il y a également des catcheurs qui débutent ou alors des vétérans qui se font plus discrets.

Aujourd’hui Direct Wrestling veut faire parler un petit peu plus certains de ces catcheurs, aux débuts de carrière prometteurs ou encore au parcours bien rempli. Ils viennent des quatre coins de la France, ont déjà débuté leur parcours, ont déjà voyagé pour certains, ont déjà été titrés pour d’autres.

Ils sont la jeune génération du catch français, ils sont les catcheurs moins connus de la France entière, ils sont les vétérans des rings et ils sont venus parler d’eux un petit peu plus au près de la rédaction. Aujourd’hui c’est Jérémy Pépin qui est venu se confier à nous et se livrer sur son parcours.

A tous les fans qui ne te connaissent pas, pourrais-tu te présenter ?

Jérémy Pépin : Bonjour à tous, je suis Jérémy Pépin, j’ai 19ans. Je vis actuellement du côté de Rennes en Bretagne, je suis catcheur semi-professionnel depuis un an et demi et hors du catch, je suis étudiant en informatique.

Comment es-tu arrivé dans le monde du catch ?

Jérémy Pépin : Mon arrivée dans le catch s’est faite un peu par hasard. C’était en février 2009, j’étais chez mon meilleur pote et pour son anniversaire, il avait reçu « Smackdown Vs RAW 2008 » sur PS2. Au début, je n’étais pas fan du tout du concept de jeu de catch. Mais au fur et à mesure je me suis prêté au jeu et j’ai commencé à adorer ! Par la suite, j’ai commencé à regarder sur NT1 (surtout avec Smackdown, vu qu’il était diffusé en Prime Time), j’ai commencé à accrocher les différentes histoires et j’ai eu un coup de coeur pour Jeff Hardy. Je pense que c’est lui qui m’a fait aimer le catch.

Quel a été ton parcours depuis tes débuts (école de catch, fédération…) ?

Jérémy Pépin : En février 2015, j’ai vu sur un site de news qu’une école de catch (École Bretonne de Catch, EBC) allait ouvrir à Rennes avec comme entraineur, Jack Spayne. Je suis allé au premier entrainement de l’EBC et j’ai été le premier élève inscrit de cette école. Par la suite pour améliorer mon expérience, j’ai fait beaucoup de stage avec Jack Spayne et un autre stage avec Peter Fischer et Cormac Hamilton, et aussi l’actuel champion WWE du Royaume-Uni, Pete Dunne.

Maintenant, je catch régulièrement à Ouest Catch, j’ai fait mes débuts contre Maxime Chaoson, j’ai eu l’occasion d’affronter Louis Napoléon dans un tournoi pour couronner le nouveau champion DELTA (qui était Vacant à l’époque), j’ai été aussi contre Afrikan Bomayé avec Lucas Di Léo comme partenaire, j’ai fait aussi un autre tag team match avec Tristan Archer, j’ai été aussi à la NWC où récemment j’ai eu un match de championnat contre Marshall et un tryout ICWA contre Hellmer Lo’Guennec. Et je viens de faire mon deuxième Ouest Catch : Plouasne … Donc je trouve qu’en moins de deux ans, j’ai déjà un bon CV.

Comment t’es-tu trouvé ton personnage ?

Jérémy Pépin : Mon personnage premier personnage était le « Jeune Rookie » du catch français, jusqu’à septembre 2017. Maintenant, j’essaye de faire une transition avec le « Superkick Boy » mon nouveau personnage. Et ma gimmick vient d’un ami qui me surnomme comme ça à l’entrainement, j’ai bien aimé et je me suis dit que c’était une grosse idée à travailler ! #SuperKickBoy

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes qui pratiquent un sport, personnes sur scène et chaussures

Quelle a été ta plus belle expérience ?

Jérémy Pépin : Ma plus belle expérience dans le catch, c’est juste après mon tout premier match (à Ouest Catch en août 2016), et avoir reçu les félicitations de quasiment tout le monde dans le vestiaire, mon mentor Jack Spayne, mon promoteur Régis, Kira, Sturry, Tristan Archer, Lucas Di Léo (qui pourtant m’avait tabassé cinq minutes plus tôt). Je venais juste de comprendre que réaliser mon rêve, mais aussi que c’était le début d’une toute nouvelle aventure !

As-tu des envies de catcher à l’étranger (hors France/Belgique) ?

Jérémy Pépin : Oui, c’est même un objectif ! Après peu importe l’endroit, que ce soit Angleterre, Italie, Allemagne, Belgique, Espagne ou autre, pour moi c’est pareil, tant que je peux catcher et découvrir de nouveaux adversaires je m’en fiche … Mais pour l’instant, je recherche à me faire surtout une grosse place en France, car j’aimerais retourner à l’ICWA (mais pas pour un tryout), j’aimerais aller à l’APC et plein d’autres promotions à travers la France pour affronter le plus de catcheurs possibles et apprendre à chacun de mes combats.

Qu’est ce que tu aimerais changer dans le catch français/francophone ?

Jérémy Pépin : C’est difficile de donner un avis, car j’ai catché pour Ouest Catch, rare fois à la NWC et une fois ICWA. Donc c’est assez dur de se donner un avis quand on ne peut pas beaucoup comparer. Mais si je devais changer quelques choses dans le catch français et bien ce ne serait pas le catch direct mais, plutôt les médias (France 3 par exemple pour le show de Ouest Catch Plouasne).

Je voudrais qu’il nous prenne plus au sérieux et pas seulement le fait de nous voir comme quelques choses de faux ou de « chiqué », car il ne faut pas oublier qu’à chaque fois qu’un catcheur met le pied dans le ring, il met sa vie en jeu ! Je n’en dirais pas plus à ce sujet.

Après ce temps passé dans le milieu, quelles sont les choses que tu as réalisé et que tu n’avais en tête avant ?

Jérémy Pépin : Après ce temps dans ce business, je ne pensais pas qu’il y aurait autant de concurrence entre catcheurs et que se faire une place dans le catch français serait aussi difficile car il y a de plus en plus de jeunes talents athlétiques (Ex : Seznec, Kross, Aigle Blanc, A-Buck, Christianium, pour ne citer qu’eux). Ce que je veux dire par là c’est que, chaque match est une épreuve pour prouver qu’on est le meilleur.

Quels seraient les conseils que tu donnerais à un jeune qui voudrait se lancer dans le catch ?

Jérémy Pépin : Je n’ai pas de conseil en particulier à donner, mais si un jeune veut commencer : Trouve une école sérieuse qui te fait apprendre le catch correctement.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes sur scène et texte

Où est-ce qu’on va pouvoir te retrouver prochainement ?

Jérémy Pépin : Pour me retrouver prochainement, ce sera à Ouest Catch, Revolt Catch (qui va bientôt ouvrir ses portes) et sûrement quelques apparitions à la NWC. Mais malheureusement, je ne peux donner encore les dates exactes.

Un dernier mot ?

Jérémy Pépin : Je suis fier d’être un catcheur français, mais c’est principalement grâce au public qui me donne envie de revenir encore plus fort à chaque show ! Vous avez su me donner de la confiance et j’essaye de vous le rendre par le respect. Et même si je suis dans une série de défaite sur les moments les plus importants, au fond je suis super heureux de savoir que je vous impressionne à chaque show et vous me soutenez ! Alors, merci à tous pour votre soutien ! C’est ce qui me donne envie de continuer ce rêve qui est une réalité ! #SuperKickForAll