Derrière le ring

« Après un show, un fan m’a déjà dit « je veux vous faire l’amour », ça m’a fait rire ! » Amale Winchester.

Le catch est une passion que partagent des millions de personnes à travers le monde. C’est ce sport divertissement qui fait vibrer tant de fans, qui vient créer des émotions uniques et de courts instants d’une intensité rare que peu ont pu retrouver ailleurs. Tout brille sous les projecteurs, la musique nous fait nous lever et les impacts sur le ring viennent à nos oreilles comme des sons familiers et paradoxalement agréables.
.
Mais que se passe-t-il lorsque les lumières s’éteignent, que la salle se vide et que le ring ne tremble plus ? Derrière leurs vêtements d’apparat, que ressentent ces Superstars qui nous émerveillent tant ? Je mets au défi la plus grande majorité d’entre nous de le crier haut et fort. Pourquoi ? Car trop peu de gens le savent. Une fois les bottes rangées dans le sac, la Superstar redevient une personne comme une autre, avec ses doutes, ses craintes, sa colère, mais également ses joies, ses satisfactions et ses rêves.
 .
Au travers de nos rencontres avec les plus grandes figures du catch français, c’est tout ces sujets là que nous voulons aborder. Ce sont toutes ces choses là qui sont tellement peu évoquées et qui poussent à construire, souvent, une vision erronée de ce paysage tant admiré. Derrière le ring, c’est cet espace que nous voulons donner pour aborder tout ceci.
 .
Aujourd’hui c’est avec Amale Winchester que nous nous sommes entretenus derrière le ring. L’autoproclamée « First Diva of Wrestling Kult » et l’une des références françaises, est revenue avec nous sur sa carrière, ses déceptions, ses projets et a accepté de nous faire rentrer dans sa bulle, dans son intimité et dans le ressenti de son métier. Et nous l’en remercions.


Qu’est ce que ton entourage t’a dit lorsque tu as commencé le catch ? Comment ont-il réagit ?
.
Amale Winchester : Lorsque j’ai commencé le catch, ma famille n’était pas vraiment d’accord. Mes parents ont toujours eu peur pour moi mais ça ne partait pas d’une mauvaise intention. Les gens sont toujours surpris quand je leur dit que je fais du catch, mais en bien, surtout les hommes [Rires].
.
On sait que le catch en France n’est pas reconnu comme un métier et qu’il faut majoritairement avoir un emploi à côté pour pouvoir vivre. Est-ce ton cas ? Quelle est ta vie à côté du catch ?
.
Amale Winchester : Oui c’est mon cas également, très peu de catcheurs ont la chance de pouvoir vivre de leur passion. J’ai fais un master un droit pénal, un diplôme universitaire en sciences criminelles et un diplôme inter universitaire en Victimologie. Je suis actuellement assistante d’éducation à mi-temps et je passe des concours pour entrer dans la fonction publique.
.
.
Rien que ça ! Parallèlement à ça, tu as pu catcher aux Etats-Unis, qu’est-ce que tu en as tiré comme expériences, leçons ?
.
Amale Winchester : Oui j’ai eu la chance de pouvoir catcher aux États Unis l’été dernier. C’était vraiment une expérience de dingue, j’ai rencontré certaines participantes du Mae Young Classic et j’ai pu catcher pour la Championship Wrestling From Hollywood en show télévisé, ça m’a fait grandir.
.
Après avoir catché aux côtés de grandes stars du catch féminin, quelle différence fais-tu entre elles et le catch féminin français et qu’est ce qu’il y a à faire évoluer chez nous à ce niveau là ?
.
Amale Winchester : J’ai pu catcher contre de grands noms féminins mais nous n’avons rien à leur envier. Chacune des catcheuses françaises a, selon moi, des choses à montrer. Bien sûr, tout n’est pas parfait mais j’ai pris autant de plaisir à catcher contre Pauline, Jazz, Shanna, Alpha Female, Lana Austin et j’espère bientôt pouvoir affronter Camille. A nous de nous entraîner encore plus dur et de montrer qu’on en a autant dans le ventre que les autres.

De ton point de vue, comment on considère un femme dans le milieu ? Que ce soit au niveau des catcheurs ou promoteurs ?

Amale Winchester : Selon moi en France on est toujours reléguées au second plan. Les promoteurs n’investissent pas assez dans le catch féminin en France. À l’étranger, on est déjà plus mises en avant: des gros matchs, place dans la carte, plusieurs matchs féminins dans un même show, voir des shows 100% féminins. Les catcheurs sont très respectueux, nous traitent bien et nous considèrent comme leurs égales la plupart du temps, que ce soit en France ou ailleurs.

As-tu déjà eu des remarques déplacées à ton encontre de par le fait d’être une femme ?

Amale Winchester : Il m’est déjà arrivé d’avoir quelques remarques déplacées oui, des spectateurs qui ne voient que le physique et pas la performance sportive sur le ring. Un fan m’a déjà sorti après un show : « Je veux vous faire l’amour ». Ça me fait rire et j’en ai profité pour lui vendre des photos et des t-shirts [Rires]. Quand ça vient des fans ça fait plus rire qu’autre chose, je prends du recul et j’en rigole.

Est-ce qu’il t’es déjà arrivé de recevoir des choses étranges ou indécentes de la part de fans, que ce soit sur les réseaux sociaux ou en face à face ?

Amale Winchester : Je reçois beaucoup de cadeaux de la part de mes fans (figurines, chocolats, tshirt etc.) d’ailleurs je les remercie énormément. Sur les réseaux sociaux je reçois beaucoup de messages, certains un peu limite ou des photos un peu indécentes [Rires], mais pareil je ne me prends pas la tête quand c’est déplacé je bloque la personne sans perdre mon temps.

Certaines personnes du milieu pensent qu’il devrait y avoir une distance « professionnelle » entre les catcheurs et les fans, type photos à la fin des shows, interviews pré-organisées ou conventions etc. Qu’en penses-tu ?

Amale Winchester : Je pense que nous ne sommes pas grand chose. Il faut savoir rester à sa place et regarder les choses à son échelle: répondre et être disponible pour les fans est la moindre des choses, ensuite chacun a ses affinités avec les fans ou les pages de catch.

Au vu de ce que tu connais du catch et de ton expérience, est-ce que tu te vois continuer là dedans ? Pourquoi ?

Amale Winchester : Honnêtement non je ne me vois pas continuer là dedans. Ce n’est malheureusement pas viable à long terme en France. La passion ne paye pas le loyer.

Le public voit le catcheur uniquement durant ses matchs. Mais concrètement, c’est quoi ta journée type de catcheur lors d’un show ?

Amale Winchester : Lors d’un show la journée type c’est malheureusement beaucoup de route, on arrive sur un show, on se prépare, on s’entraîne, on catch, on passe du temps avec les fans… Et la plupart du temps on reprend la route directement. En dehors de ça c’est beaucoup d’entraînements et nutrition toute la semaine pour être en forme le week-end.

Y a t-il des rêves que tu as pu accomplir pleinement et d’autres que tu as délaissé ?

Amale Winchester : Un rêve que j’ai pu accomplir c’est d’aller au États Unis, pas seulement pour catcher mais également pour tout le reste. Je n’ai pas délaissé de rêves pour l’instant, mais je pourrais pour une grosse opportunité.

Tu as créé tes T-Shirts récemment et ça a cartonné. Qu’est ce que ça te fais vivre de voir des personnes porter ta marque sur eux ? As-tu d’autres projets dans ce sens là ?

Amale Winchester : Oui j’ai créé mon propre t-shirt, c’était pour moi un gros projet qui me tenait à cœur. Je ne pensais pas que ça allait marcher autant, les fans ont répondu présents et j’en suis très touchée. Quand j’aurais écoulé mon lot de t-shirts peut être faire des casquettes ou autre, je suis ouverte à tout. Tant que j’ai les fans derrière moi je ne lâcherai rien.

Y a-t-il quelque chose que tu détestes dans le métier que tu fais ? Et quelle est la chose que tu préfères ?

Amale Winchester : La chose que je déteste dans ce métier c’est la route que l’on doit faire pour arriver sur un show et repartir après. La chose que je préfère c’est rencontrer les fans à la fin des shows, échanger, discuter.

Avec le train de vie que tu as, comment peut-on avoir une vie de famille ?

Amale Winchester : Il faut savoir trouver ses priorités et décrocher à un moment donné pour se consacrer à sa famille. C’est pour ça que ce n’est pas viable à long terme. Quand on vit avec des gens qui nous poussent à aller de l’avant et réaliser nos rêves ça aide, même si ce n’est pas toujours évident.

Pour le catch, regrettes-tu des sacrifices ou des concessions que tu as fait dans le passé ?

Amale Winchester : La vie est trop courte pour avoir des regrets. On fait pas toujours les bons choix dans la vie mais ceux que j’ai fait m’ont mené ici aujourd’hui. Ça n’a pas toujours été facile mais les moments passés sont des souvenirs qui en valent la peine.

Allez, je te laisse le mot de la fin ! 

Amale Winchester : Merci à Direct Wrestling pour cet entretien et à tous les fans pour leur soutien. N’hésitez pas à commander mes tshirts et à me suivre sur les réseaux: – – Twitter: AmaleWincester – Facebook: Amale Winchester – Instagram: Fit_winchester