Quoi De Neuf en France

[FOCUS PARIS MANGA] Le Catch Corner nous a fait mal à notre catch.

Avant que vous débutiez votre lecture, il nous est important de rappeler que les propos tenus au sein de cet article ne concernent que notre vision du Catch Corner et non pas de la Paris Manga.

Le week-end dernier, les 3 et 4 Février, la Paris Manga tenait sa 25ème édition d’un des rendez-vous incontournables des fans de manga, de science-fiction, de séries US et de culture asiatique. Et qui dit Paris Manga dit une fois de plus Catch et plus précisément Catch Corner. Après une édition plutôt ambitieuse l’an dernier, ayant notamment inclus la présence de Lita et une série de shows organisés par l’ACE, l’équipe du Catch Corner revenait une nouvelle fois avec du catch, des animations et un invité exceptionnel.

L’accréditation de la rédac’ pour l’événement.

Nous vous l’avions annoncé ici il y a quelques mois, ce n’est nul autre que « Captain Charisma », Christian, qui était sur place. L’ancien champion de la WWE et de la TNA était présent sur les deux jours pour le plus grand plaisir des fans de catch présents dans le Salon. À l’occasion de la dernière journée, la rédaction de Direct Wrestling mais aussi notre partenaire Zone Radio s’est rendu sur place afin de flâner dans les allées du salon pour pouvoir vous offrir sans langue de bois un avis sur l’édition 2018 de la Paris Manga, saint siège des fans de MANGA & SCI-FI mais aussi de Catch.

Rappel des faits.

Pour débuter, exit l’ACE et place à la structure de Nanterre l’APC CATCH, qui proposait pendant deux jours un total de quatre shows, clôturés par le choc entre deux des plus gros talents Français : Tristan Archer et Senza Volto. Le roster de l’APC n’avait de son côté pas à rougir, offrant plusieurs catcheurs au talent confirmé comme Hellmer ou A-Buck entre autres, mais aussi des talents dont la réputation ne fait que grandir et étant vus pour beaucoup comme la prochaine fournée des « futur très grands » du milieu francophone comme Rick Salem ou Thiago Montero.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Toute cette organisation a été accompagnée par l’équipe du Catch Corner mais aussi son équipe « d’intervenants » [NDLR : Terme officiel étant affiché sur leurs badges], provenant de différentes pages Facebook d’information catch et de deux des sites d’informations catch des plus suivis en France. Sur le papier, cela devait offrir un panel d’experts et une recette gagnante pour proposer aux fans de catch, et aux curieux déambulant de stand en stand, une vitrine d’exposition sans accrocs.

Si, sur le papier, nous avions tout pour assister à un show des plus agréables avec l’organisation des plus huilées, le résultat fut malheureusement bien différent. C’est au cours de cet article que la rédaction de Direct Wrestling va donc vous détailler point par point les bons et surtout moins bon côtés, qui nous ont amené à ce sentiment de déception.

Nos coups de coeur.

Les Talents.
Vous le savez, l’APC fait actuellement partie de ce qu’il y a de mieux en France sur le ring. Nous avons assisté à quelques combats de très grande qualité comme les affrontements entre A-Buck, Salem et Hellmer ou encore celui de Thiago Montero et Vince NT. Un vrai plaisir visuel, technique et avec très peu de loupés. En revanche, il faut selon nous retirer quelques performeurs qui n’étaient pas encore prêts et ne reflétaient donc pas le niveau in-ring des membres de l’écurie de Nanterre.

Le Ring.
Ce n’est un secret pour personne : Pour avoir un bon show et que les talents puissent s’exprimer pleinement dessus, avoir un ring de qualité est l’un des outils les plus importants. Pour l’occasion de la Paris Manga, c’est le ring de la TPW qui était présent et qui a tenu toutes ses promesses en offrant aux athlètes un terrain de jeux des plus agréables.

« Captain Charisma ».
Que serait une convention sans star ? Pas grand-chose, nous en sommes convaincus. Et pour cette édition 2018, la Paris Manga a décidé de choyer ses fans en invitant nul autre que « Captain Charisma », Christian. Ce dernier s’est montré d’une bienveillance absolue et était tout simplement une vraie bénédiction pour le Salon. Christian a autorisé les fans à le prendre en photo de loin, donc sans le payer, et ce tout sourire [NDLR : Choses qui n’étaient pas possibles avec Lita l’année dernière]. Il a donné un accueil chaleureux à chaque fan s’adressant à lui malgré un ennui de moins en moins dissimulé tant les moments entre chaque autographe devaient lui paraître longs.

Durant la journée de Dimanche, Christian a plus été absorbé par son téléphone que par ce qui se passait sur le ring.

Un Main Event de très grosse qualité.
Ils sont actuellement ce que la France a de mieux en matière de catch : Tristan Archer et Senza Volto. Une fois encore, nous avons pu assister à la rencontre entre la Puissance de la Révolution Française et la voltige de The French Senzation. Plus simplement, comme Senza aime le rappeler, c’était la rencontre entre le Passé et le Futur. Si ce match fut assez long, il aura malgré tout offert tout ce que l’on attend dans un événement devant être le showcase du catch Français : un match de très grande qualité prouvant que, oui, en France aussi nous pouvons et devrions avoir le droit à des matchs de très grosse qualité et avec une grande intensité entre deux vrais talents. A noter que c’est d’ailleurs le seul match que Christian a daigné regarder du début à la fin, sans jeter un œil sur son portable. Une preuve de qualité ? Nous n’en doutons pas.

Christian et Tristan Archer en discussion après le Main Event.

Mais malheureusement, tout ceci n’était pas suffisant pour couvrir toutes les carences que nous offrait ce Catch Corner. Comme nous venons de le faire pour les bons point, c’est maintenant les choses qui selon nous n’allaient pas dont nous allons vous parler. Pour cause, un certain nombres de choses n’étaient pas à la hauteur et ont rendu cet événement décevant à nos yeux.

C’est donc une nouvelle fois et sans langue de bois, que nous savons que cet article ne nous offrira pas que des amis. Nous ne sommes pas là pour faire de la lèche, et ce quitte à se frotter de manière épineuse à quelques egos et à prendre le risque de les froisser. Mais c’est aussi ce qui fait la force de Direct Wrestling, nous le savons et vous nous le dites bien assez régulièrement.

Nos grosses déceptions.

L’organisation.
Ceci restera pour nous le point le plus déplorable de cet événement : l’organisation. Voici l’état d’esprit dans lequel nous y sommes allés : Nous nous attendions à voir un événement catchesque qui allait séduire les visiteurs n’étant pas forcément venus pour cela, mais également combler les fans de la première heure. Dans notre esprit, ce rendez-vous ne pouvait pas être un échec, en aucun point, car c’est l’un des rares moments où le catch peut être abordé par un nouveau public et donc faire changer certaines représentations.

Seulement, pour un show censé être une vitrine du catch français auprès d’un public qui n’était pas là pour voir du catch, ce n’était pas ça. Tout se devait d’être au top côté organisation et ce surtout vu le nombre important « d’intervenants » présents sur place. A nos yeux, il est intolérable qu’un show comme celui-ci soit autant en retard sur les horaires annoncés préalablement. Tout comme il nous semble déplacé qu’il n’y ait aucune personne clairement désignée pour indiquer les informations aux fans présents sur places. Nous avons compté : pas moins de douze personnes différentes sont venues nous trouver afin de nous demander des informations car elles n’avaient pas pu être renseignée par les « intervenants ». Nous n’étions bien évidemment pas là pour ça et nous n’avions pas ces informations. Beaucoup de ces intervenants semblaient plus absorbés par le fait de côtoyer des catcheurs et d’être de « l’autre côté de la barrière », plutôt que d’être là pour le public.

Il est également crucial pour nous d’attirer l’attention sur un point incontournable : le grand nombres de personnel, « d’intervenants », de nombreux photographes et caméramen différents, de catcheurs ayant fini leurs match ainsi que les proches des catcheurs étant tous présents… devant le ring et cachant le show pour une partie du public. Il est inadmissible pour nous d’avoir à entendre [NDLR : Et nous citons mot pour mot] de la part d’une mère parlant à ses deux fils : « Laissez tomber, on voit rien c’est de la merde », alors qu’à ce moment là se déroulait l’un des plus beaux combats de la journée, combat étant le Main Event.

Toutes les personnes en rouge sont des membres du staff, présentes autour du ring et gênant la visibilité d’un certain nombre de spectateurs.

Un cruel besoin d’attention.
Alors oui, ils étaient tous « intervenants » ou organisateurs de ce Catch Corner. Mais pourquoi avoir autant besoin de se mettre en scène pour se faire remarquer ? La réputation des fans de catch souffre déjà assez et n’a surtout pas besoin de voir des personnes censées être à la tête de l’organisation, ou des « intervenants », chercher encore et encore à se montrer et se mettre en avant pour avoir sa minute de gloire. La réussite de l’événement ne devrait-elle pas suffire à se dire que le travail fourni était de qualité et apprécié ? Au sein de la rédac’, nous avons notre idée concernant la réponse et toujours selon nous, nous en étions loin.

Une autre certitude, il y avait réellement un trop grand nombre de personnes autour du ring pour filmer ou prendre des photos alors qu’il y avait déjà un « intervenant », muni d’un matériel de grosse qualité et faisant le travail comme il faut. Les catcheurs gravitant aussi devant les barrières et bloquant une fois de plus la visibilité pour certain spectateurs, cela posait aussi un problème. Et comment ne pas parler d’un intervenant en particulier, s’improvisant à jouer le rôle de « vigile », et ce en s’adressant de façon peu correcte à deux jeunes fans de moins de 12 ans, aux yeux brillant devant une voltige dont seul Senza a le secret en France, leur demandant sans gentillesse et avec un ton déplacé, de se pousser pour éviter de prendre un mauvais coup. Oui la demande était justifiée, mais le respect aussi se devait d’être de mise.

Les commentateurs.
La réussite d’un grand show se joue aussi à la qualité du ou des commentateurs. L’ICWA nous le montre lors de chaque show Revolution avec l’excellent Christophe Agius, tout comme Ouest Catch avec Sturry ou encore auparavant, les multiples commentaires du talentueux Nadir Mohammedi. Quand un match est long, les commentaires offrent au public une chose en plus pour apprécier davantage l’action, avec des blagues, la vente d’une prise ou une anecdote. Tout est bon pour faire vivre au spectateur un show inoubliable. Seulement, pour cela il faut commenter et non jouer au commentateur.

Et une fois encore le résultat était loin d’être positif, avec un duo complètement perdu dans son animation, surjouant le tout et rendant cela grotesque par la même occasion. Là aussi nous avons pu entendre autour de nous à plusieurs reprises : « Non mais franchement, qu’ils se taisent et nous laissent profiter du show », « là y a de l’abus » ou encore « c’est malaisant… ». Nous nous répétons, mais comment voulez-vous proposer un showcase de qualité si les commentateurs ne sont pas au niveau ? Et comment voulez-vous casser l’image « beauf » du catch français et le sortir des « foires à la saucisses » si la voix du catch n’est qu’une pâle imitation, souvent gênante ?

La sono.
L’ambiance générale et la qualité d’un show se jouent donc sur un certain nombre de détails, vous l’aurez compris. L’un des points incontournables est la sono. Cet élément fait aussi partie du lot de choses importantes pour offrir un événement de qualité, et là également, ce fut une nouvelle fois très loin du compte. La musique d’entrée des catcheurs était saturée et nous arrivions à peine à comprendre ce que disait l’annonceur. Nous ne sommes pas de mauvaise foi et nous savons pertinemment qu’un Salon comme celui de la Paris Manga est extrêmement bruyant et est parasité par les différentes sonos environnantes. Cela peut gâcher le tout, nous en sommes conscients mais pour autant, une question persiste… Pourquoi cela s’est passé ainsi à la Paris Manga alors que l’ICWA est arrivé à le faire dans un Salon encore plus visité comme la Japan Expo ? Mystère.

Les catcheurs.
Malheureusement certains catcheurs font aussi partie des choses qui nous auront déplu sur ce show. Une fois de plus nous rappelons que ce genre d’événement doit être une vitrine du catch Français auprès d’un public qui, initialement, n’est pas présent majoritairement, pour voir cela. Comment pouvons-nous autoriser des talents pas encore prêts à catcher ou des matchs sans panache à avoir lieu alors que nous devons promouvoir le catch français dans toute sa splendeur ? Nous savons que l’APC regorge de catcheurs de très bon niveau, à l’heure où tout le monde s’offusque de création de shows « de foire », avec des catcheurs sans physique, sans tenues, sans personnages ou tout simplement sans catch.

A nouveau, lorsque nous entendons des gens autour de nous dire que « Comme c’est pourri on voit trop que c’est du faux », « c’est bien ce que je pensais, c’est vraiment de la merde le catch » ou encore « c’est tellement mal fait que même moi je ferai mieux », alors il est évident que quand des personnes ont un avis déjà bien construit sur le catch compliqué de faire changer la donne mais,quand vous l’entendez et bien ça fait toujours mal. Mal parce que ça renforce les stéréotypes, mal parce qu’on se dit qu’une fois de plus c’est le catch entier qui va être moqué et qu’encore une fois cela efface tout le travail des professionnels méritants. Comment voulez-vous que des personnes extérieures à ce milieu s’intéressent et s’investissent dans le catch lorsque nous autorisons du mauvais à s’exprimer dans un show vitrine ?

Le mot de la fin.

Direct Wrestling a toujours soutenu les actions du catch français et nous nous sommes toujours investis au mieux dans les projets concrets et qui en valaient la peine. Nous nous sommes toujours déplacés sur les événements catchesques importants en fonction de nos moyens. Nous sommes passés par la FFCP, l’ICWA, la TPW ou encore l’APC pour ne citer qu’eux. Nous avions déjà fait la Paris Manga, mais également la Japan Expo. Nous nous déplaçons aux shows WWE en France. Et personne ne pourra dire le contraire sur tout ces points là. Nous avons dépensé de l’argent pour nos longs déplacements, et ce avec plaisir car cela valait la peine. Nous ne sommes en rien des fans haineux « ayant le cul vissé derrière un écran d’ordinateur », pour reprendre l’expression utilisée par certains grands professionnels du milieu.

A tous ceux qui pourront penser que nous sommes de mauvaises foi, ayez conscience que 80% de la rédaction était présente à la Paris Manga, venant de Lille (59), Saint-Etienne (42), Avignon (84), Valence (26) et bien évidemment Paris. Nous sommes tous allés à cet événement confiants et impatients. Seulement nous nous sommes aussi rendus compte qu’il ne suffit pas de dire #JeCroisAuCatchFrançais, « qu’il faut changer les choses » ou « donner une meilleure image au catch ». Il faut aussi avoir les moyens de le faire et se donner les moyens de le faire.

Nous espérons que pour la prochaine fois, tout ceci pourra être modifié, arrangé et amélioré, afin de proposer un contenu à la hauteur de ce que doit être une vitrine du catch français et pour donner envie aux non-initiés de regarder de plus près ce sport/spectacle, bien loin de l’image erronée que certains ont dans la tête.

En toute sincérité et avec une motivation encore intacte,

La rédaction complète de Direct Wrestling.

À Propos de l'Auteur

DirectWrestling

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter