Chroniques Wrestling Talk

[WRESTLING TALK #11] La Pro-Wrestling Guerrilla, ce temple du catch!

On a tous rêvé d’un show de catch, où les meilleurs de chaque fédération s’affrontent dans des combats dantesques, des stipulations inédites (pour les fans de la WWE simplement), des styles de catch mélangés, des arbitres et des annonceurs n’hésitant pas à mettre à terre un heel venu les humilier, et surtout un public accoudé au ring, participant au show par son ambiance.

Et bien ce lieu existe et c’est la Pro-Wrestling Guerrilla, ou PWG. C’est une des plus grandes fédérations Américaines indépendantes de catch. Elle n’a pas de roster fixe, mais grâce aux partenariats passés avec la AAA (fédération Mexicaine de Lucha Libre produisant Lucha Underground), La Ring of Honor et la NJPW, pour ne citer qu’eux, disposent d’un grand nombre de lutteurs aussi talentueux les uns que les autres et également capable de voler le show.

La PWG est une fédération dont les shows se passent en Caliornie du Sud (Los Angeles, San Sieo, etc), crée en 2003 par un groupe de lutteurs plus ou moins connu aujourd’hui: Disco machine, Excalibur, Scott Lost, Top Gun Talwar, mais le très connu et légendaire Super Dragon (connu pour son chant  »Super Dragon » lors d’un segment de Botchamania où il a stoppé son match pour tenter de frapper un fans insistant sur ce chant et soûlant les autres spectateurs), et l’inventeur de la Youporn Plex Joey Ryan ont donné vie à cette structure.

La PWG est connu pour avoir abrité le passage de pas mal de lutteurs travaillant (ou ayant travaillé) pour la WWE: Kevin Owens, Sami Zayn, Seth Rollins, AJ Styles, Samoa Joe, Daniel Bryan, Cesaro, Chris Hero, Evan Bourne et Salomon Crowe en sont les parfaits exemples, car chacun d’entres eux a offert des matchs mythiques au sein de cette compagnie.

Cependant, la PWG est aux antipodes de la WWE. Les matchs hardcores, le sang, les coups de la chaise et d’objets divers dans la tète, les matchs à durée limité, mais également le public au pied du ring, et non éloigné comme à la WWE, sont monnaie courante. Il n’est pas rare de voir un lutteur qui en se jetant sur un autre lutteur, emporte des spectateurs à proximité, car le public aime et veut voir ce genre de moment et paye pour ça.

Malheureusement, la PWG n’est pas assez mise en avant à l’heure actuelle. En effet, la compagnie marche uniquement par Event, et non par show hebdomadaire + PPV comme la WWE, la TNA ou la ROH par exemple, car la fédération, malgré les cameramans, et les dispositifs pour filmer, ne disposent pas d’offres de diffusion TV. Il est peu possible de voir un Event, mise à part sur des sites illégaux de streaming ou en achetant un DVD contenant un Event.

Pour tout puriste du catch, la PWG est LE show de catch à ne pas manquer, car durant l’espace de quelques heures, tout ce qu’on savait sur ce divertissement est oublié, et prend une nouvelle forme. C’est une expérience de catch unique, dans un salle gonflé à bloc rivalisant avec celle d’un Wrestlemania qui attend le spectateur en quête de sensations fortes.

PWG

Publié par J.M

À Propos de l'Auteur

DirectWrestling

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter