Chroniques Wrestling Talk

[WRESTLING TALK #10] Un an plus tard, l’Empire contre-attaque !

Il y’a un an, Roman Reigns gagnait son premier Rumble match au détriment des huets du public, mais surtout d’une crédibilité plus que vitale face à la bête Brock Lesnar. Le mot était clair: Roman devait paraître comme étant puissant. L’équipe créative eu la  »brillante » idée de nous le coller trois mois face à Big Show, puis en PPV face à Daniel Bryan (un des meilleurs matchs de 2015 selon moi). Le flop fut grand, et la remise en question aussi. Il fallait tout reprendre à zéro, bâtir le nouveau Roman Empire.

Billel Roman Reigns DW

Au cours de l’année 2015, Roman a cédé son push au profit d’un gain de crédibilité, qui sonnait comme une reconquête du public. Pour cela, il avait besoin de deux choses: briser cette image de Superman qui gâchait son personnage, mais surtout avoir LA rivalité qui allait le montrer comme champion indiscutable auprès des fans. Cette quette, il ne pouvait la faire seul, alors on le mit aux cotés de son frère de toujours, Dean Ambrose, chouchou du public et adulé par ses groupies. Le pari fut payant, trois mois plus tard, après une guerre face a la Wyatt familly conclut par un excellent hell in a cell match, Roman était prêt.

Billel Roman Reigns DW

On peut remarquer que sa gimmick actuelle de rebelle est assez proche de celle de son cousin ou du légendaire Stone Cold Steeve Austin, pourtant c’était celle de The Shield avant sa dislocation. Roman Reigns au cours de l’année a evolué, il a su prouver qu’il nétait pas qu’un samoan pistonné par LE Rock en personne. Roman a su s’approprier un charisme,mais aussi se mettre la foule dans la poche sans l’aide de personne. Philadelphie, la où le public l’avait hué, jeté des bières lors de sa victoire au Rumble, avait mit sa musique en sourdine par ses cris de joie onze mois plus tard face à Sheamus. A l’heure d’aujourd’hui, Roman Reigns est surement l’un des seuls gars capables de nous surprendre dans un ring. Il est loin d’être aussi expérimenté et talentueux qu’un Sami Zayn ou Daniel Bryan, mais c’est ce qui fait sa force. On ne sait pas de quoi il est capable dans les grands matchs, comparé aux autres qui démontrent tout bien souvent. Cependant, sa faiblesse au micro risque tôt ou tard de jouer des tours à son push.

Un an plus tard, Roman est champion, de challenger indésiré, il est devenu le champion tant attendu par ses supérieurs. Même si cela a pris du temps, et semble parfois une solution de secours à la blessure de Seth Rollins, son image vis à vis des fans a changé, l’avenir nous dira, si miser sur lui pour du long terme est un bon choix.

 

À Propos de l'Auteur

Luc

Chargé de Communication.
Co-Fondateur de www.directwrestling.com.

Ajouter un commentaire

Cliquez Ici pour Commenter